Navigation: Au début du texte (sauter la navigation), Vers la recherche, Vers la sélection de la langue, Vers des liens importants, Vers des informations supplémentaires (sauter le contenu) Vers la navigation principale,

A A A

Le rôle de la police

Le rôle de la police
Si vous pensez que la police n’est pas présente sur Internet, vous faites erreur. Celui qui s’engage dans la cyberpornographie enfantine ou dans toute autre forme de délit sexuel impliquant des enfants, doit s’attendre à être confondu. Les agents qui patrouillent sur le Web sont appelés cyberflics. Ils travaillent au niveau national ainsi que cantonal
 

Le service national de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet (SCOCI)

Le SCOCI réceptionne les messages de la population concernant des crimes présumés sur Internet. Les spécialistes du SCOCI sont également présents en personne sur la toile.

L’Office fédéral de la police - fedpol

Lorsque, dans un pays étranger, un fournisseur de pornographie enfantine est démasqué, les autorités de cet état communiquent au fedpol des informations sur des suspects en Suisse

La police dans les cantons

Les cyberpoliciers enquêtent également dans les cantons. Ils identifient les suspects locaux et apportent leur soutien aux enquêtes.



Les méthodes des cyberflics
Grâce aux techniques les plus récentes ainsi qu’à l’appui des fournisseurs d’accès en Suisse, la police réussi à cerner les suspects. Les cyberflics identifient l’ordinateur du délinquant. Ils vont dans les bourses d’échange ou dans les tchats pour y enquêter sur les auteurs de délits sexuels sur des enfants et des adolescents. Ils surveillent avec une attention particulière les délinquants qui cherchent à rencontrer un enfant. Ainsi, c’est parfois la police, au lieu de l’enfant, qui les attend avec les menottes au point de rendez-vous.
Coopération nationale et internationale
Lorsqu’elle arrête un consommateur de pornographie enfantine, la police trouve parfois sur son ordinateur des informations sur ses partenaires d’échange, comme leurs adresses IP, leurs numéros de carte de crédit ou leurs adresses e-mail. Elle prépare ces dossiers et les transmet aux pays et aux cantons compétents. Il arrive aussi que la police reçoive ce type d’indications en provenance de l’étranger. Ces indices permettent d’appréhender tout un réseau de délinquants, qui tombent des nues lorsque la police vient les arrêter. Ces succès policiers reposent sur l’analyse d’indices dans le monde entier.
Le travail dans les cantons
Dans les cantons, la police et ses services spécialisés mènent des investigations basées notamment sur les dénonciations et les renseignements. Les cyberflics cantonaux coopèrent avec les autres services de police, surveillent les perquisitions, saisissent les ordinateurs et interrogent les suspects. Ils réunissent ainsi les pièces à conviction qui permettent au tribunal de juger les fabricants, les diffuseurs ou les possesseurs de pornographie enfantine.

Newsblog

FAQ

Cette FAQ pourrait vous intéresser également: «Pornographie enfantine».

Downloads

Ce télechargement pourrait vous intéresser également: «Pédocriminalité»; «Tchat»

Adressen



S‘abonner

Twitter

Facebook

Adresses

Top 10 FAQ

Top 10 Downloads